De quoi réfléchir

Imagine. Nous sommes nombreux à savoir que ce simple mot est aussi le titre d’une superbe chanson aux paroles et à la mélodie mémorables. Une chanson d’espoir qui nous fait entrevoir un monde meilleur. Toutefois, nous savons aussi imaginer le pire. Quoiqu’il peut être difficile, même douloureux de le faire, c’est quand même utile si cela nous aide à l’éviter.

Voici un petit exercice pour trouver un nombre défiant l’imagination. Commençons avec le nombre d’enfants dans le monde. Selon UNICEF, environ 2,2 milliards. Supposons que 10% d’entre eux ont accès à du papier et des crayons, soit 200 millions. Supposons ensuite que chacun fait 50 dessins dans une année, et que nous aimerions en conserver 10 par enfant. Sur 10 ans, cela donnerait 100 dessins par enfant, soit 20 milliards de dessins sur 10 ans. Multiplions maintenant ce chiffre par au moins 10 ans, en considérant que le système d’éducation publique a été implanté graduellement en occident et ailleurs, depuis près de 150 ans. Nous voila au compte de 200 milliards de dessins en un siècle. Mais combien ont été vraiment conservés? Combien disparaissent encore chaque jour? Bien malin qui connaît la réponse. Trop peu est la nôtre, et c’est bien ce que nous souhaitons changer. Cela en espérant que les 2 milliards d’enfants exclus de l’équation, auront une meilleure opportunité que leur prédécesseurs, de rappeler aux générations futures ce qu’était l’enfance au 21e siècle.

Pour aller plus loin dans le temps

Nous débutons l’année en lançant un appel à tous, petits et grands. Quelles sont les plus vielles images que vous contribuerez à notre collection? Qui contribuera les premières et nouvelles images de la décennie qui commence? Ci-dessous et côte-à-côte, se trouvent deux images couvrant plus de soixante-dix ans. À gauche, on retrouve l’une des plus vieilles de la collection. C’est un collage fait par une jeune canadienne dans sa classe de première année, au début des années 1940. À sa droite, un dessin d’une jeune fille du même âge, fait au début des années 2010. Nous croyons qu’il est important de démontrer l’importance historique de ces objets. Nous croyons que cela n’est possible qu’en en collectionnant et préservant le plus grand nombre possible. Bref, en les sauvant, car beaucoup trop ont déjà disparu.

Gauche : Tulipe, collage par une élève de première année, c1940. Droite : Maman Menga, dessin par une élève de première année, c2010. Source : CDIC-CIDE.