Dessiner POUR les enfants

Nul doute que les parents, les frères et soeurs, amis et enseignants peuvent grandement influencer ce qu’un enfant dessine. Impossible cependant de passer sous silence les illustrateurs et illustratrices, pour qui dessiner POUR les enfants est un métier. Les albums illustrés ont depuis longtemps nourri l’imaginaire des enfants, pourtant on rend rarement hommage à leurs illustrateurs. Au Japon, un musée le fait au quotidien et de belle façon.

Le Chihiro Art Museum s’inspire de l’oeuvre et la vie de l’illustre illustratrice Chihiro Iwasaki. Situé à Tokyo et à Azumino, le musée regroupe une impressionante collection internationale avec plus de 17 000 pieces par plus de 200 illustrateurs de 33 pays.

À explorer aussi, une lecture instructive sur la littérature jeunesse. L’ouvrage fouillé de l’autrice Françoise Lepage: Histoire de la littérature pour la jeunesse, aux Éditions David.

Chihiro Awasaki au travail. Source: Chihiro Art Museum, site web, 27 juillet 2020.

Sur les traces d’Onfim

Personne ne sait qui était ce petit garçon nommé Onfim, mais nous savons quand et à quel endroit il vivait: Époque médiévale, Russie. On le sait grâce à Onfim lui-même, car il dessinait, grâce à la curiosité des chercheurs et une bonne dose de chance. Les dessins d’Onfim n’étaient pas prédestinés à être préservés pendant des siècles, pourtant ils l’ont été, par le matériau, l’endroit, la nature et le hasard. Fouillez les détails de cette découverte époustoufflante dans l’article de Justin E.H. Smith sur LitHub.com: Onfim Wuz Here (en anglais). Article paru précédément dans Cabinet Magazine. Laissons les images d’Onfim nous inspirer et faisons en sorte que dans des siècles d’ici, les gens auront accès aux images héritées des enfants, non plus par chance mais à dessein.

Gramota No.203, d’après Onfim. Source: LitHub.com, 19 juillet 2020

Des parents branchés

L’école s’est imposée à la maison par surprise ce printemps et s’est avérée tout un défi pour bien des parents. Même les parents enseignants ont trouvé l’expérience éprouvante. Il reste qu’il faut bien se le dire, l’apprentissage à la maison doit demeurer d’actualité et on doit maintenant prendre le temps d’y réfléchir ensemble sérieusement.

Cela ne date pas d’hier que des parents, qu’ils soient à l’emploi, à la maison, ou les deux, se partagent des blogs et des informations. Maintenant que la notion de communauté virtuelle prend tout son sens, en temps de distanciation physique, nous encourageons tous les parents à partager entre eux leur vécu et leur savoir-faire. Voici un blog formidable, Parent: Smile and Grow. Il a l’avantage d’être trilingue. On y trouve, en français, un bel article de Clio, sur le dessin d’enfant. Surtout, vous nous dites ce que vous en pensez!

En-tête, Parent: Smile and Grow. Source: parent-smileandgrow.com, 14 juillet 2020.

Des écoles saines, sécuritaires et stimulantes

Depuis quelques mois, les éducateurs du monde entier sont les témoins privilégiers de l’impact de la pandémie sur leurs élèves et les familles. Ils savent que leur adaptabilité et l’accès à l’éducation, tant que le COVID-19 fait rage, aura un effet déterminant sur les années d’apprentissage post-pandémie. Des organismes internationaux tels que Brookings ou l’International de l’Éducation (IE) sont de ceux qui militent pour un réinvestissement et des politiques solides en éducation. Voyez l’énoncé Uni(e)s pour l’éducation de l’IE à ce sujet et veillez à ce que vos décideurs locaux le lisent aussi.

Uni(e)s pour l’éducation. Source: ei-ie.org, 5 Juillet 2020.