Le Défi caritatif canadien

Durant tout le mois de juin, notre organisme participe au Défi caritatif canadien. L’instigateur de cette campagne à l’échelle du pays, CanaDon, remettra un prix substantiel à un des organismes de bienfaisance participants. Votre don à notre Collection pourra faire une grande différence pour la suite et le développement de nos activités. Merci de visiter notre Formulaire de don en ligne et de nous soutenir.

La Collection internationale Desseins d’enfants, est une collection d’archives centrée sur le dessin d’enfant et l’expression enfantine. Par nos programmes de Collection, de Conservation et d’Éducation, nous favorisons une plus grande connaissance des images que les enfants se font d’eux-mêmes et du monde. Merci de faire un don aujourd’hui.

Défi caritatif canadien, 2021. Source: CanaDon.

Culture ou tradition?

Une des raisons qui nous ont motivés à constituer la Collection, est notre désir de l’inclure dans une conversation autour du développement culturel. Par nos efforts, nous souhaitons agir en porte-voix et amplifier les messages des enfants sur le présent et leurs contributions à la culture. Cet article aborde donc la culture et une question comme un défi lancé: “Qu’est-ce donc pour vous la culture enfantine, ou la culture elle -même?”

La pandémie, et la récession qui l’accompagne, ont déjà des effets psychologiques profonds et bousculeront la culture pour plusieurs années, voire des générations. Cette crise planétaire teste la capacité de coopération des nations, fait émerger toutes sortes de comportements antisociaux, tout en exposant les inégalités et les lacunes systémiques des institutions.

Depuis la fin du siècle dernier, l’idée d’une culture propre à l’enfance a fait son chemin dans les domaines de la psychologie sociale et l’anthropologie. Qu’il y ait une telle culture, on peut toujours en débattre. En supposant que oui, il restera tout de même à débattre de son niveau d’autonomie ou d’étanchéité à la culture multigénérationnelle ambiante. Toujours est-il que l’image que les enfants se font d’eux-mêmes et de la société qui les regarde grandir dans les circonstances actuelles, doit tous nous interpeller de manière soutenue.

Avant de partir visiter de la parenté à l’étranger, de réorienter notre carrière, de prendre une retraite anticipée, ou de faire une excursion touristique, prenons le temps de faire le point sur ce que la culture signifie maintenant pour nous. Voyons chacun pour soi, si ou à quel point cette culture est inclusive pour les enfants, ou comment elle peut le devenir davantage. Pour explorez le sujet plus en profondeur, découvrez l’article révélateur par Olivier Morin, Pourquoi les enfants ont-ils des traditions? paru dans Terrain Anthropologie et Sciences Humaines (no. 55 septembre 2010, p. 20-39) et accessible sur OpenEdition Journals. Bien que nous trouvons son optique sur culture enfantine plutôt étanche, la touche d’humour ne manque pas de plaire. Olivier Morin est Chargé de recherche à l’Institut Jean-Nicod (Paris).

Collin maillard, c1750-1752, Toledo Museum of Art. Par Jean-Honoré Fragonard. Source: Wikimedia.com, 24 mai 2021.

Coup de pinceau

Les suggestions ne manquent pas sur le web pour apprendre à fabriquer ses propres pinceaux. On vous présente la démonstration la plus surprenante que nous ayons trouvée. Inspiré d’un texte datant du XIVe siècle signé Cennino Cennini, le groupe médiévaliste Les Chavaliers d’Avalon a publié un article avec les bons tuyaux et qui redresseront les poils de certains lecteurs. Les photos sont excellentes et vous donneront peut-être le goût d’ajouter vos propres enluminures à vos livres.

Pour découvrir comment les pros les fabriquent aujourd’hui, visitez daVinci Pinceaux pour artistes, situé en Allemagne.

Pinceau en écureuil. Source: LesChevaliersdavalon.ch, 18 May 2021.

Entrée des artistes

Bien des artistes ont dû se réinventer durant la pandmie. Macaire Everett elle a transformé l’entrée devant chez elle en studio extérieur, avec tous les défis météorologiques que cela implique. D’artiste à la craie, au début de la pandémie, la voici maintenant autrice. Avec son frère Camden, sa muse, elle vient de publier son son premier livre. Le merveilleux ouvrage regroupe plus de 120 photographies pleine page, de dessins à la craie qu’elle a réalisés.

Le livre en anglais The world from our driveway (sur Amazon) nous plonge dans l’aventure de l’adolescente et de son jeune frère, qui font face à l’impératif apprentissage à la maison, imposé par la pandémie. Une section du livre nous montre le travail de préparation et de documentation des dessins. Chaque page offre à apprécier les multiples sources d’inspiration. Ce qui rend cette histoire si touchante, est de voir comment l’impulsion de départ de se protéger, voire s’immuniser, coûte que coûte contre l’ennui (en plus du virus), s’est transformé en mission familiale et communautaire pour encourager la résilience et apporter du bonheur tout azimut.

Macaire a partagé allègrement ses images sur les réseaux sociaux. Un de nos articles de l’été dernier avait présenté son très populaire compte Instagram. Quel soulagement de savoir que son travail, bien qu’éphémère en soi, puisse être mis en mémoire sur papier. Peut-être l’entrée d’auto elle-même sera-t-elle un jour désignée patrimoine reconnu par l’UNESCO. Fabulation? Après tout, les musées du monde ne se précipitent-ils pas en ce moment, pour documenter la vie durant cette pandémie?

Les compositions de Macaire sont chacune si inspirées et attrayantes, qu’il est impossible d’en faire sortir une du lot. Avec la Fête des Mères à nos portes, il faut voir le dessin cadeau d’anniversaire que Macaire à offert à sa mère. Le seul réalisé à l’intérieur par un jour de pluie, ne manquera pas de vous émouvoir. Pour nous à la Collection, s’il faut en pointer un en paticulier, ce sera celui intitulée We are all in this together (tout le monde ensemble). Un titre bien à propos pour la pandémie, mais aussi parce que c’est le seul dessin pour lequel Macaire a puisé dans ses propres archives personnelles et pour lequel elle s’est mise en scène au côté de sa muse. Dans cette fresque, le personnel et l’universel se rejoignent pour le plus grand bonheur du lecteur.

The world from our driveway, couverture arrière. Par Macaire Everett. Source: Amazon.ca, 4 mai 2021.