Culture ou tradition?

Une des raisons qui nous ont motivés à constituer la Collection, est notre désir de l’inclure dans une conversation autour du développement culturel. Par nos efforts, nous souhaitons agir en porte-voix et amplifier les messages des enfants sur le présent et leurs contributions à la culture. Cet article aborde donc la culture et une question comme un défi lancé: “Qu’est-ce donc pour vous la culture enfantine, ou la culture elle -même?”

La pandémie, et la récession qui l’accompagne, ont déjà des effets psychologiques profonds et bousculeront la culture pour plusieurs années, voire des générations. Cette crise planétaire teste la capacité de coopération des nations, fait émerger toutes sortes de comportements antisociaux, tout en exposant les inégalités et les lacunes systémiques des institutions.

Depuis la fin du siècle dernier, l’idée d’une culture propre à l’enfance a fait son chemin dans les domaines de la psychologie sociale et l’anthropologie. Qu’il y ait une telle culture, on peut toujours en débattre. En supposant que oui, il restera tout de même à débattre de son niveau d’autonomie ou d’étanchéité à la culture multigénérationnelle ambiante. Toujours est-il que l’image que les enfants se font d’eux-mêmes et de la société qui les regarde grandir dans les circonstances actuelles, doit tous nous interpeller de manière soutenue.

Avant de partir visiter de la parenté à l’étranger, de réorienter notre carrière, de prendre une retraite anticipée, ou de faire une excursion touristique, prenons le temps de faire le point sur ce que la culture signifie maintenant pour nous. Voyons chacun pour soi, si ou à quel point cette culture est inclusive pour les enfants, ou comment elle peut le devenir davantage. Pour explorez le sujet plus en profondeur, découvrez l’article révélateur par Olivier Morin, Pourquoi les enfants ont-ils des traditions? paru dans Terrain Anthropologie et Sciences Humaines (no. 55 septembre 2010, p. 20-39) et accessible sur OpenEdition Journals. Bien que nous trouvons son optique sur culture enfantine plutôt étanche, la touche d’humour ne manque pas de plaire. Olivier Morin est Chargé de recherche à l’Institut Jean-Nicod (Paris).

Collin maillard, c1750-1752, Toledo Museum of Art. Par Jean-Honoré Fragonard. Source: Wikimedia.com, 24 mai 2021.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *