Vivement, la technique du frottage

Max Ernst lui a donné son nom et sa légitimité artistique. Cependant, plusieurs autres artistes du XXe siècle y ont eu recours. Près d’une centaine d’oeuvres faites à partir de la technique du frottage se trouvent au Centre Pompidoux. La technique de frotter du papier ou une toile avec un crayon, du fusain ou de l’encre sur un objet texturé, précède d’ailleurs son entrée dans les lexiques de l’art. En 2015, le Hammer Museum, Los Angeles, co-produisait avec la The Menil Collection, Houston, une supberbe exposition intitulée Apparitions: Frottages and Rubbings from 1860 to Now. Documentée de façon exquise par la conservatrice Allegra Pesenti, de Menil Drawing Institute, les oeuvres retenues montrent la diversité des matériaux utilisés et combinés au frottage artistique. Les images qui en résultent sont fascinantes. Qui aurait cru qu’on pouvait utiliser la technique du frottage artistique sur une dactylo?

Encore aujourd’hui, des artistes de tout horizons utilisent la technique. Un de nos favoris est le compositeur et artiste conceptuel Roger Clark Miller. Découvrez ses oeuvres visuelles et suivez aussi les prestations musicales de Anvil Orchestra. Les artistes de la scène méritent et ont grand besoin de notre soutien en ces temps difficiles.

La technique artistitique du frottage offre une belle occasion d’explorer son environnement immédiat en famille. Elle demande peu de moyens, donne des résultats immédiats. Peu importe le crayon, la craie ou l’encre, la magie s’opère toujours, même sur les objets en apparence les plus anodins.

Mission of Burma, drawing
Pete, 2004, par Roger Clark Miller. Source: RogerClarkMiller.com, 29 août 2021.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *