Tout feu tout flamme

Dans ce court article, on s’éloigne du crayon, de la plume, de la craie et du pinceau, pour porter les projecteurs vers une autre façon tout aussi ancestrale de créer des images. Non ce n’est ni le crochet, ni le tissage, ni même le bas-relief. Jasons pyrogravure, cet art de dessiner par la chaleur ou le feu sur le bois, le cuir, le métal ou le verre. La pyrogravure sur bois étant de loin la plus répandue.

Notre Collection n’a aucun artéfact du genre réalisé par un enfant. Il en existe pourtant, puisque les outils pour en réaliser restent sur le marché. La pyrogravure jouissaient d’une grande popularité dans les années 1950 et 1960, avec l’arrivé de nouveaux produits courus par les familles en quête de loisirs artistiques.

Pour un survol rapide de la palpitante histoire de la pyrogravure, voyez le site du guide d’achat Pyrogravure.net, qui a la qualité d’être détaillé en la matière, mais manque douloureusement d’images. Pour en admirer, rendez-vous plutôt sur le site de l’artisan Bernard Jaquet, qui allie merveilleusement la technique avec la sculpture et l’art décoratif. Son travail est varié, coloré et ma foi, une porte pyrogravé, ça a du cachet.

Du côté de l’art contemporain, on ne peut passer sous silence Cai Guo Quiang dont les oeuvres-évènements à base de poudre à canon font passer la pyrogravure à un tout autre niveau. Son seul projet Exploding the self en fait foi.

Allez, lancez-vous. Ce vidéo sur la chaîne de la Communauté CulturaCréas vous offre une démonstration en deux petites minutes bien utilisées.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *