Journée mondiale de l’enfance 2022

Chaque année en novembre, nous ajoutons notre voix à celles d’autres organisations partout dans le monde, pour une plus grande sensibilisation aux droits de l’enfant. Durant les récessions économiques, les désastres environnementaux et les conflits militaires, les enfants sont parmi les plus vulnérables et souffrent profondément.

Nous prenons l’occasion pour présenter brièvement un groupe de chercheurs universitaires qui vouent leurs efforts à l’amélioration durable de la protection des enfants. Leurs travaux méritent le plus grand respect. Le Laboratoire de recherche interdisciplinaire sur le droit de l’enfant loge à l’enseigne de l’Université d’Ottawa. Leur concours annuel de rédaction intéressera les étudiants universitaires. Ils publient un blog en français et en anglais débordant d’articles inspirants et accessibles tous.

Jeux. Par Yvon, c1965. Source CDIC-CIDE.

Le 3 novembre, c’est la JMPN

La Journée mondiale de la préservation numérique (JMPN) est une campagne de sensibilisation annuelle, le premier jeudi de novembre. Cette journée souligne la place significative et grandissante que prennent les données numériques, et rend hommage à ceux et celles déterminés à prévenir la disparition des documents numériques.

La JMPN est une initiative de la Digital Preservation coalition (DPC), un organisme de bienfaisance établi à York (Angleterre), avec des bureaux à Glascow (Écosse) et Melbourne (Autralie). Leur WDPD blog inclut des articles (en anglais) d’un peu partout, dont le Canada. Parmi ses efforts, l’organisme a catégorisé les données numériques en une vingtaine de types, et a développé un système d’étalonnage pour en désigner le degré de vulnérabilité. Selon ce système, les archives personnelles sont à très au risque de disparition.

Source: Digital Preservation Coalition, 2 novembre 2022.

Du bout des doigts

Vous êtes-vous déjà demandé si vous teniez votre crayon de la manière la plus efficace? Cela vous surprendra peut-être, mais il y a plus d’une bonne façon de tenir son crayon. C’est ce qu’explique l’ergothérapeute Josiane Caron Santha dans un article publié sur Educatout. Elle y décrit les prises tripode and quadripode qui facilitent tous deux le mouvement des doigts.

Voyez aussi son site web Académie JCSI où elle raconte sur vidéo aux enfants, l’histoire d’une famille qui monte en voiture, avec comme destination la prise dite tripode.

Enfin, découvrez les oeuvres d’art sur lesquelles on peut voir des mains qui écrivent, dans les deux articles par Howard Oakley, sur son site web Eclectic Light Company: Paintings of Writing 1 & 2.

Proper way to hold a pen. The Popular Educator, Vol. 1., 1888. Par John Cassell. Source: Wikimedia, 9 octobre 2022.

Bienvenue à de nouveaux administrateurs

Nous sommes fiers d’annnoncer l’ajout de deux autres personnes dévouées à notre conseil d’administration.

Uday Kankanala est Directeur au Bureau de la transformation opérationnelle chez CIBC. Il œuvre dans les domaines des services financiers, les services conseils et les télécommunications depuis plus de douze ans, toujours avec le même enthousiasme et engouement. Uday croit au rôle vital des enfants dans le développement d’un monde meilleur, et est fier d’appuyer les organismes qui, comme le nôtre, se soucient de leur bien-être.

Jin Tian est diplômée d’un baccalauréat en Commerce de l’Université de l’Alberta. Son expérience comme comptable professionnelle agréée dans le secteur de la finance d’entreprise et d’investissement, se concentre dans la gestion des fonds de retraite. Elle s’intéresse au dessin et à la peinture depuis son enfance. Jin sait que dans leurs dessins, les gens projettent leurs peurs, comme leurs joies, et font se révéler leurs personnalités.

Nous accueillons ces deux super bénévoles à bras ouverts.

Spiderman, par Mathieu, c2002. Source: CDIC-CIDE, 2022.

Un peu d’attrait dans l’encrier

Suite à notre récent article sur la calligraphie et la plume d’oie, un mot sur l’encrier s’impose. Cette petite bouteille d’encre est sur le marché depuis plus de deux cents ans. Elle était initialement faite de verre soufflé ou moulé, parfois de métal, ou un agencement des deux. Plusieurs personnes et musées collectionnent les plus anciennes, ou les plus jolies, et on en retrouve facilement sur les sites de revente en ligne.

Jane Eastman de Winchester en Angleterre, les connaît comme personne, et leur voue une grande passion. Elle ratisse audacieusement le lit des rivières de sa région pour les sauver des eaux, entre autres trésors. Voyez quelques belles photos de ses trouvailles, et appréciez le contexte historique, dans son article de la revue Beach Combing : “My indelible love for ink bottles.” La revue a aussi sur sa chaîne, un vidéo dans lequel Jane explique sa démarche, bottes aux pieds, les pieds dans la rivière. Toute une excursion.

Du côté des musées, on peut voir au Charles Dickens Museum, un encrier utilisé par le célèbre auteur. Un autre encrier au format bien songé, se trouve parmi ceux du Corning Museum of Glass, dans l’État de New York.

Ink bottle, 1825-1875, NC 2013.4.3. Source: Corning Museum of Glass, 27 août 2022.

Prête-moi ta plume

Le bricolage est une belle façon de partager une leçon d’histoire. Une leçon d’histoire se veut l’occasion de contempler ce qui n’est plus, ainsi que ce qui a perduré jusqu’à nous.

Si vous vous lancez dans la fabrication ou taille de plumes d’oie avec votre enfant, commencez avec le traitement de texte sur votre ordinateur. Consultez le vaste choix de polices, et voyez si vous pouvez distinguer celles clairement inspirées d’une autre époque, des plus modernes. Vous repèrerez rapidement Old English, Palatino, New Roman, Garamond, et plusieurs autres. Ce sont celles avec empattements.

Ensuite, demandez à votre enfant de trouver les sortes d’outils d’écriture disponibles chez-vous. Vous en aurez peut-être plus que vous pensiez, des crayons à mines, des stylos à bille, des feutres, des crayons de cire, des craies. Peut-être même avez-vous une plume métallique. Invitez votre enfant à rédiger l’alphabet avec chacun d’eux, puis comparez-les attentivement. Utilisez une loupe au besoin. Portez attention à l’épaisseur des traits, à la présence ou l’absence d’empattements.

Vous êtes prêt à entreprendre votre bricolage, puis à découvrir comment la plume permet de tracer ces belles lettres anciennes. Un des meilleurs guides que nous avons repérés est celui de Atelier enluminure Marie-Eve. Un des nombreux vidéos du web fera aussi l’affaire. Pour des modèles, ou pour acheter des plumes, Le Calligraphe en a de superbes, ainsi que de l’encre et du papier.

Quelle que soit la méthode que vous choisirez, il y a plusieurs choses à garder à l’esprit. D’abord l’hygiène. Si vous vous procurez des plumes directement d’une ferme, assurez-vous de bien les laver, les stériliser, et les sécher, avant de les manipuler à mains nues et de les tailler. Deuxièmement, la sécurité. Pour un meilleur résultat, vous devrez tailler avec une lame courte et tranchante, afin d’avoir le meilleur contrôle possible. Ayez plusieurs plumes car il vous faudra peut-être plusieurs tentatives, ou vous voudrez expérimenter différentes coupes. Lorsque votre plume est prête, il ne vous manquera que l’encre pour écrire à l’ancienne, votre propre recette de potion magique. Écrivez sur différents papiers pour adopter celui qui répond le mieux à vote plume.

Enfin, prenez le temps de parcourir quelques livres ou le web avec votre enfant, afin de repérer quelques polices de style ancien. Un livre récent sur le sujet avec une foule d’illustrations est The Eternal Letter (MIT Press, 2015), édité par Paul Shaw.

Plume d’oie taillée. Photo/Source: Atelier enluminure Marie-Eve, 19 août 2022.

Médiévistes de la marge

Sur ce blogue il y a deux ans, on présentait Onfim. Ce gamin du XIIIe siècle avait tracé un dessin sur un morceau d’écorce, trouvé tout à fait par hasard, parmi d’autres trouvailles archéologiques. Grâce à un nombre croissant de médiévistes intrépides, des images laissées par des enfants il y a des siècles, sont de moins en moins condamnées au hasard, loin du regard de la science.

Les avancées en psychologie du développement de l’enfant ont toujours bien servi parents et éducateurs. Depuis quelques années, voici que ces mêmes avancées viennent en aide aux médiévistes, dans leurs études de documents ancients. Ce sont de bonnes nouvelles pour la conservation de dessins d’enfants.

Deborah Ellen Thorpe détient un doctorat en études médiévales de la University of York (G-B). En 2016, son article Young hands, old books: Drawings by children in a fourteen century manuscript, LJS, MS. 361, paraît dans Cogent Arts and Humanities (Taylor & Francis). Elle y démontre avec finesse et conviction que les mains qui ont tracé trois petits dessins, dans les marges d’un manuscrit du XIVe siècle, sont bel et bien celles d’enfants. Ses obsevations sont fortement appuyées par les travaux de plusieurs chercheuses en psychologie et en éducation artistique.

D’autres médiévistes réputés ont grandement contribué à mousser l’intérêt envers ce que les enfants du Moyen Âge ont pu laissé derrière eux. Pour n’en nommer que deux importants, mentionnons Seth Lere (Devotion and Defacement: Reading Children’s Marginalia, University of California Press), et Nicholas Orme (Medieval children, Yale University Press).

Dessin par un enfant du XIVe siècle dans la marge d’un manuscrit. LJS 361, Kislak Center for Special Collections, Rare Books and Manuscripts, University of Pennsylvania Libraries folio 26r. Source: National Library of Medecine, 9 août 2022.

Vision scientifique

Les illustions d’optique sont tellement amusantes. Quand il en apparaît une nouvelle, on ne peut que se laisser prendre au jeu. Donnez à vos pupilles dilatantes une petite vacance bien méritée, ici-même.

Récemment, trois chercheurs ont publié un article intitulé The eye pupil adjusts to illusory expanding holes, dans lequel ils révèlent la nouvelle illusion d’optique ci-dessous. Les neuropsychologues Bruno Laeng et Shoaib Nabil, tous deux du département de psychologie de l’Université d’Oslo, et Akiyoshi Kitaoka, de l’Université Ritsumeikan (Japon), ont entre autre relevé une grande variabilité dans les réactions des pupilles des participants, aux images qu’on leur a proposées. Parmi leurs observations fort intéressantes, ils notent que les pupilles des sujets réagissent plus intensément au « trou » lorsqu’il est noir, plutôt que de différentes couleurs. Et bien dites-donc? Comme quoi le côté obscur a toujours un certain attrait.

Quelle est votre illusion d’optique favorites? Connaissez-vous le Musée de l’illusion de Toronto, ou ceux de Paris et Lyon? Pour un livre bien illustré, voyez L’art des illusions d’optique, d’Agata Taramanoff, aux Editions de la Martinière.

Le « trou en expansion » par Akiyoshi Kitaoka de l’Université Ritsumeikan.
PHOTO : UNIVERSITÉ RITSUMEIKAN/AKIYOSHI KITAOKA. Source: Frontiers.org, 22 Juillet 2022.

Entrevue avec Roger Clark Miller

Nous venons d’ajouter une autre entrevue (en anglais) à notre chaîne Youtube. Profitons-en pour inviter tout artiste francophone ou francophile qui voudrait se prêter au jeu de notre série d’artistes professionnels qui ont une création d’enfance à partager.

Musicien, compositeur, artiste conceptuel Américain, Roger Clark Miller a partagé avec nous un dessin qu’il a fait en 1966, à quatorze ans. Quelle chance que cet adepte d’archives personnelles puisse nous montrer cette image et nous raconter son histoire.

Il le nomme un GROB et le dit plutôt baveux, même vulgaire. Assez malaisément juvénile en effet, même encore aujourd’hui, si on en croit le Urban Dictionary. Cependant, je ne me serais pas douté avant de préparer ce texte, que GROB était aussi le nom d’un fabriquant d’avion allemand, et qui plus est d’un sigle à saveur legale en philanthropie (Gift with Reservation Of Benefit, ou donation avec réserve), tel que l’explique l’avocat Sian Davies pour Co-op Legal Services au Royaume Uni. Combien à propos! Nous sommes après tout un organisme de bienfaisance. Faites donc généreusement le don d’un « GROB », ou sous une autre forme, à votre bon vouloir.

Interview with Roger Clark Miller. Source: chaîne Youtube de CDIC-CIDE, 10 juillet 2002.

Le Grand défi caritatif canadien

Jusqu’au 30 juin, lorsque vous faite un don, vous augmentez du même coup nos chances de gagner 20 000 $. En plus de nous aider à développer la collection et à conserver les objets dans les meilleures conditions possibles, les dons sont un levier important pour nous rendre éligible à recevoir des subventions institutionnelles. Chaque don fait une différence pour sensibiliser nos publics cibles avec des images débordantes d’émotions. Merci de donner généreusement.

Le Grand défi caritatif canadien est une initiative annuelle de CanaDon, comme nous, un organisme de bienfaisance reconnu.

error: Content is protected !!