Dessiner POUR les enfants

Nul doute que les parents, les frères et soeurs, amis et enseignants peuvent grandement influencer ce qu’un enfant dessine. Impossible cependant de passer sous silence les illustrateurs et illustratrices, pour qui dessiner POUR les enfants est un métier. Les albums illustrés ont depuis longtemps nourri l’imaginaire des enfants, pourtant on rend rarement hommage à leurs illustrateurs. Au Japon, un musée le fait au quotidien et de belle façon.

Le Chihiro Art Museum s’inspire de l’oeuvre et la vie de l’illustre illustratrice Chihiro Iwasaki. Situé à Tokyo et à Azumino, le musée regroupe une impressionante collection internationale avec plus de 17 000 pieces par plus de 200 illustrateurs de 33 pays.

À explorer aussi, une lecture instructive sur la littérature jeunesse. L’ouvrage fouillé de l’autrice Françoise Lepage: Histoire de la littérature pour la jeunesse, aux Éditions David.

Chihiro Awasaki au travail. Source: Chihiro Art Museum, site web, 27 juillet 2020.

La peinture au doigt pour tout le monde

On a tort de ne la réserver qu’aux tout petits qui ne savent encore manipuler un crayon ou un pinceau. Des peintres reconnus l’ont d’ailleurs compris. C’est le cas de Lucie Schrimpf. Découvrez ses oeuvres et laissez quiconque qui aime peindre avec ses doigts, toucher le canvas.

Les Gaulois à la rescousse

Les temps sont dures pendant une pandémie. Nous avons besoin et admirons les vrais héros qui nous aident, les premiers intervenants en santé, ceux qui transportent et nous vendent notre nourriture, entre autres. Mais un coup de pouce de nos héros fictifs est aussi d’un grand secours. A la mémoire d’Albert Uderzo, qui vient ne nous quitter, nous en appelons à la témérité d’Astérix et de ces irréductibles comparses, pour nous remonter le moral. Apprenons à les dessiner à dessein.

Dessiner en famille

La saison est au confinement à la maison, et il y a mille et une façons de traverser ce… printemps. Peaufiner son dessin en est une. Rendez la chose agréable en jouant des jeux comme « dessine à partir d’une ligne », faisons une « course de dessin » ou au « Pictionnaire » avec des images faites maison.

L’occasion est aussi bonne pour une discussion sur l’engagement avec l’aide du dessin. Explication… Lancez à votre enfant le défi de créer un personnage si drôle et mignon, que la famille voudra l’adopter pour de bon. Mettez tout le monde en garde que cela n’est pas une mince affaire et sera exigeant. Demandez à votre enfant de créer le personnage ET de pouvoir le redessiner identique plusieurs fois. Ensuite, faites-lui explorer les positions, les émotions et les couleurs. Inventez verbalement quelques situations hypothétiques et comment le personnage réagirait. Invitez l’enfant à créer une bande dessinée à l’aide d’un point de départ. Prenez le temps d’explorer des ressources en ligne, comme l’excellent site de Tristan Demers, un maître du 9e art. Pour l’avoir vu en action avec les écoliers, son humour et son « Dessinatruc » sont incontournables.

Tristan Demers, Source: TristanDemers.com, 25 mars 2020.

Du livre illustré à l’illustration du… passé

Lorsqu’on examine son contenu, le dessin d’un enfant peut s’avérer une fenêtre sur son monde, et sur le nôtre aussi. Si ce dessin est assez ancien, il nous ramène à un passé presqu’effacé. Le dessin ci-dessous, de notre collection, a été fait par un garçon vers 1965. Ici, l’indice du passé est explicitement écrite sur le dessin. Il offre le titre d’un album auquel le dessin lui-même réfère. C’est le titre d’un album, écrit par Paulette Blonay et illustré par Pierre Nardin, qui a de toute évidence impressionné cet enfant et qui maintenant refait surface sur notre blog. Le livre publié en 1962 est maintenant une rareté chez les antiquaires. Le personnage de Lili et la série du même nom de cette autrice, est célèbre dans le monde et facile à dénicher, ce qui n’est pas le cas pour le petit Tony.

Une proposition en RV intrigante

Trois institutions de Hamilton (CANADA) s’unissent pour présenter Artasia #ArtPark dans quelques jours. Cette réalisation de Culture for Kids in the Arts (CKA), a bénéficié d’un partenariat avec une équipe de recherche de l’Université McMaster University. Le public sera convié à vivre l’expérience immersive #ArtPark dans le cadre du festival annuel Supercrawl qui arrive à grands pas.

Nous irons visiter le site, puisqu’il est tout près et aussi parce que CKA nous dit que plus de 500 enfants y ont contribué leur vision de l’espace publique. Ça promet donc.

Artesia #ArtPark, ckarts.ca, 8 septembre 2019

De l’eau, des enfants et leurs dessins

La ville de Ste-Lucie en Floride a publié un petit livre pour sensibiliser sa population à la conservation de l’eau. L’éditeur a demandé à des élèves d’illustrer le tout, ce qu’ils ont fait dans l’enthousiasme. Les enfants savent et vont apporter leur contribution quand on leur donne l’occasion. Reste à souhaiter qu’ils sauront préserver les dessins originaux.

This image has an empty alt attribute; its file name is Water-Hugs-book-cover-original-drawing-300x225.jpg
Boys and girls draw « Water Hugs » for new book, 1 août 2019

L’enfant, le droit, la littérature

Notre membre fondatrice, Liliane Masengo, est enseignante et aussi auteur du livre sur les droits de l’homme pour les enfants : Il était une fois, les droits de l’homme… Le livre est disponible en ligne, par exemple chez Barnes & Noble.

Liliane fait ainsi partie d’une lignée trop peu connue d’enseignantes qui ont laissé leur marque sur la littérature traitant de la place des enfants dans la société et de leur expérience. Prenons pour autre bon exemple, le livre d’alice Descoeudres paru il y a maintenant cent ans : L’enfant, le militaire et la guerre. Ce petit ouvrage est disponible en ligne grâce aux Archives Instituts Jean-Jacques Rousseau, de l’université de Genève.

Il était une fois les droits de l’homme, couverture. Par Liliane Masengo. Source: Barnes&Noble.com, 21 août 2019.

Un vote pour l’amour

Ils sont rares les livres publiés pour le simple bonheur d’admirer les dessins et les mots d’enfants. Il y a pourtant une demande et Vote For Love en est la preuve. D’abord publié en 1976 par le regretté acteur, scénariste, producteur britannique Bryan Forbes, et compilé par son épouse et actrice Nanette Newman, ce livre prisé est toujours sur le marché (sur Internet) plus de quarante ans plus tard.

A CDIC-CIDE, on ose poser la question… Des originaux ont-ils été sauvés ? Nous chercherons à le savoir et s’il y a matière à se réjouir, le crierons haut et fort.

Vote for love, couverture. Par Bryan Forbes.

Des artistes à la rescousse

Aux États-Unis, un réseau de bibliothèques publiques et leurs commanditaires, ont mis sur pied un programme d’éducation artistique après l’école : PROJECTART. L’initiative vise à contrecarrer le mieux possible les effets néfastes de coupures dans les écoles. Des artistes de renom ont apporté leur appui, en donnant des oeuvres issues de leur enfance: My Kid Could Do That.

Matthew Ritchie’s « Soldier, » made with colored pencil when he was 5 or 6.
Source : HuffPost, 05/01/2017 16:38 EDT